Kony-2012-Concerns-2-537x392

Le sujet chaud : Kony 2012

Kony 2012 est un mini documentaire réalisé par l’ONG Invisible Children dans le but de dénoncer les crimes du chef de l’armée rebelle ougandaise Joseph Kony.

Nous ne vous décrirons pas le film une énième fois, à part qu’il fait un peu pleurer (on a le rhume des foins chez Marcel aussi).

Alors le sujet est chaud pour deux raisons :

Déjà il crée la polémique, et de manière plutôt virulente. Mais surtout, la vidéo serait la plus virale de l’histoire du web selon Visible Measures et ça c’est chaud ouai.

Alors lecteur retrousse tes manches, on sort du débat et on essaye de comprendre ce qui a fait le succès de ce spot.

D’abord, l’opération de relation publiques/ lobbying menée en amont a de toute évidence été très efficace puisque la vidéo a été diffusée par bon nombre de célébrités et politiques, permettant à Invisible Children d’en faire des porte-paroles très influents.

Mais surtout, le documentaire nous raconte une histoire très émotionnelle et suffisamment bien ficelée pour que plusieurs millions d’individus prennent trente minutes de leur journée trépidante pour le regarder. Lorsqu’on sait que les clips YouTube les plus vus sont en général ceux de chats à moustache et d’une minute trente max on peut dire que ce film témoigne d’une vraie maîtrise du storytelling.

Maîtrise aussi du côté du digital. Pour rappel, le but affiché par l’asso est de faire connaître Joseph Kony afin de l’arrêter plus rapidement. En donnant les moyens aux internautes d’agir à leur propre niveau (diffuser la vidéo et acheter le kit d’action) les dirigeants de l’association ont tout compris. N’importe quel ballot se sent alors impliqué dans la cause, prêt à partager la vidéo, et faire un don pour acquérir le kit. L’art de faire du public un ambassadeur surpuissant …

Enfin, et après on vous lâche, Invisible Children se comporte véritablement comme une marque pour le coup. Tous les éléments sont réunis : porte-parole charismatique (on aime ses cheveux), une vrai identité visuelle, et une signature « Stop at nothing ».

Finalement, le débat ne partirait-il pas un peu de là ? Il semblerait qu’il est dérangeant que les ONG marketent leur discours. Etrangement, marketing et grandes causes ne font pas bon ménage dans l’esprit des gens. Peur de la manipulation ? Ou tout simplement l’idée qu’il est avilissant pour une bonne cause de passer par les mains des vilains publicitaires ? Comme si le combat perdait de son noble altruisme de départ… Nous, on pense que la question n’est pas là, tant qu’à mettre les moyens autant les mettre dans les grandes causes !

Un commentaire

  1. Le 25 avr ’16 à 7 h 50 min | Permalien

    Have you ever considered writing an ebook or guest authoring on other websites? I have a blog based upon on the same information you discuss and would love to have you share some stories/information. I know my visitors would enjoy your work. If you are even remotely interested, feel free to shoot me an e-mail.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>