Samsung-Galaxy-Tab-x-JC-de-Castelbajac-01

La session offline de la semaine : le lancement de la Samsung Galaxy Tab

La Galaxy Tab c’est la réponse de Samsung à  l’iPad 2 d’Apple.  Le problème, c’est qu’Apple tient beaucoup à son bébé et attaque Samsung à tout va pour violation de brevet.  Résultat : la Galaxy Tab interdite à la vente en Allemagne il y a quelques jours. Dur, d’autant qu’Apple ne compte pas s’arrêter là. En même temps, il faut les comprendre : en s’attaquant à Samsung, c’est aussi la progression des PDM d’Android sur tablette qu’ils essayent de freiner (… oui parce que sur smartphone, c’est déjà trop tard).

Pour sa sortie en France, la Galaxy Tab a fait les choses en grand sur l’ancêtre d’Internet. Le 28 Aout dernier sur TF1, un dispositif « spy screen » a pris d’assaut la coupure pub avec un habillage qui transforme l’écran TV en tablette. Un moyen innovant de faire l’expérience de la qualité d’écran du produit et de faire mieux valoir le film Galaxy Tab qui clôt la coupure pub. Quid de la répartition des investissements publicitaires ? S’agissant d’une configuration dite de « double annonceur », on suppose que Samsung a payé la moitié de l’addition … qui devait être plutôt salée.

 

Les initiatives “évènementielles” se poursuivent en affichage pour ce lancement avec un dispositif grand comme la façade de la Conciergerie et en guest Jean Charles De Castelbajac, toujours opé pour un plan arty et rémunérateur. Samsung confie en ce moment au créateur la réalisation d’une fresque de 140 m² (à la main et en altitude) sur la plus grande bâche d’Europe qui recouvre actuellement le monument en rénovation. Une œuvre représentant Marie Antoinette (la reine aux Converses fut emprisonnée à la Conciergerie), intitulée « Ghost save the Queen », qui prend donc forme au fil du temps. Elle sera, une fois achevée, divisée, signée par JCDC puis vendue aux enchères au profit de la rénovation des monuments nationaux.

Un bel « effet Waouh » sur le papier. Le problème, c’est qu’une fois devant la Conciergerie, rien n’indique aux Parisiens ce qui se déroule sous leurs yeux : deux grues ont l’air d’être en plein ravalement de façade et  l’immense affiche ne mentionne ni le projet, ni Castelbajac. Samsung se contente juste de signer « Entrez dans l’histoire. It’s time to tab » …  comme si on allait deviner tout seul. Une carence d’infos qui  continue sur la page Facebook de la marque, un espace un peu brouillon qui mentionne à peine le dispositif. Un bel exemple de déperdition financière, dommage …

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>